Václav Havel Le Théâtre, ultime scène du dialogue
Par Václav Havel

Sur notre planète s'étend, pour la première fois dans l'histoire de l'homme, une civilisation globale et unique. Quel que soit l'évènement et en quelque lieu que ce soit, il y aura des conséquences favorables ou néfastes partout et pour tout le monde. Bien entendu cette civilisation comporte un grand nombre de nations ou d'ethnies avec des coutumes et des traditions diverses, quantité d'ensembles culturels grands ou petits, beaucoup d'univers religieux, plusieurs types de cultures politiques différentes.

En même temps, il apparaît que plus ces communautés multiples se rapprochent sous la pression de la civilisation actuelle et plus elles sont forcées d'accepter des valeurs et un comportement uniques, plus devient manifeste le besoin de renforcer la défense de leur identité nationale, raciale, culturelle ou de leurs valeurs traditionnelles.

Beaucoup de conflits menaçants le monde d'aujourd'hui peuvent s'expliquer précisément par ce phénomène: plus nous sommes rapprochés, plus nous percevons nos différences. Et en même temps nous vivons l'effondrement de différents systèmes politiques artificiels. Qu'ils soient issus du colonialisme ou de la bipolarité, le monde est en train de devenir réellement multiculturel et multipolaire et cherche un ordre nouveau, juste approprié à son époque.

La conséquence en est une tension dramatique dans le monde d'aujourd'hui. En maints endroits de notre planète on s'oppose à la cohabitation des uns avec les autres et pourtant, notre seul espoir n'est rien d'autre que de parvenir à une telle cohabitation.

Il est faux de dire que la télévision, le film, les magnétoscopes et d'autres produits modernes mettraient en question l'importance du théâtre. Je dirais qu'au contraire, c'est le théâtre qui permet de dévoiler mieux que toute autre expression, et d'une façon insistante tout ce qui est sombre et menaçant de même que tout ce qui est lumineux et porteur d'espoir .

Car dans la civilisation déshumanisante et technique d'aujourd'hui, le théâtre est un des ilôts importants de l'authenticité humaine. Il est précisément, si ce monde ne doit pas mal finir, ce qu'il faut absolument défendre et cultiver. Après tout le retour d'une subjectivité humaine irremplaçable, d'une personnalité humaine concrète bref, de la conscience humaine, est ce dont le monde de méga-machines et de méga-bureaucraties anonymes a besoin. Seul l'homme avec sa responsabilité renouvelée et son sens des concordances peut faire face aux dangers qui menaçent le monde et aucun réseau d'ordinateurs, les plus sophistiqués soient-ils, ne peut se substituer à lui. L'espoir du monde repose sur la réhabilitation de l'être humain.

Le théâtre, il est vrai, n’est pas seulement une forme d’expression parmi d’autre. Il est la seule expression où l’homme s’adresse à un autre homme, chaque jour, maintenant et sans arrêt. Grâce à cela le théâtre n’est pas uniquement un lieu où l’on raconte des histoires. Il est le lieu de rencontres entre les hommes, un espace de l’existence humaine qui se dépasse pour témoigner sur le monde, sur elle-même : il est un lieu de dialogue vivant, unique et inimitable qui parle de la société et de ses tragédies, de l’homme, de son amour, de son mal et de sa haine. Le théâtre est un foyer de la communauté humaine, le point de cristallisation de sa vie spirituelle, c’est un espace de sa liberté et de son contentement.

Dans la civilisation technique globale, formée par tant de cultures particulières menacées par ses conflits, le théâtre est - je le crois fermement - le bâtisseur de l'espoir et une loupe par laquelle on entrevoit l'avenir. Pas parce qu'il montrerait le monde meilleur qu'il n'est en réalité mais parce qu'il rend l'espoir d'assister à la renaissance de l'humanité. Car si le théâtre est le lieu de communication libre entre les hommes libres sur le mystère du monde il montre la voie qui mène à la tolérance, au respect mutuel, au respect du miracle de l'être.

Je vous invite, vous tous, hommes de théâtre à penser, en ce moment, à vos collègues de Sarajevo. Ils font ce dont je parle ici: par la liberté d'esprit en cultivant le dialogue, en créant l'espace d'une communication concrète entre les hommes, il combattent l'affreuse guerre qui sévit dans leur pays. Les purificateurs ethniques et les violeurs renvoient le monde à son passé le plus ténêbreux. Les hommes de théâtre qui dialoguent avec leurs spectateurs sur les drames du monde d'aujourd'hui et sur les drames des âmes, montrent l'avenir. Parallèlement à la guerre que nous dévoile la télévision, a lieu une autre guerre à Sarajevo. Une guerre sans arme entre ceux qui détestent et tuent les autres parce qu'ils sont différents, et les hommes de théâtre qui soulignent la nature unique de l'être humain et rendent possible le dialogue. Les hommes de théâtre doivent être les vainqueurs de cette guerre. Parce qu'ils montrent l'avenir comme un dialogue serein entre les individus et les sociétés sur le mystère du monde et de l'être.

Ces hommes de théâtre servent la paix et nous rappellent que le théâtre a un sens.

*Ancien Président de la République tchèque, auteur dramatique. Texte écrit à propos de la journée internationale du théâtre.

Lire plus sur Vàclav Havel

▲ Haut ▲ Retour