Constantin StanislavskiLa lettre à Maeterlinck
Constantin Stanislavski

Notre vie est sale et grossière. C'est un grand bonheur quand l'homme, dans ce monde immense, se trouve une maison, un appartement ou même un simple mètre carré, où il peut, rien qu'un moment, s'isoler du reste du monde et se nourrir des sentiments élevés et des élans de l'âme...

Cet endroit propre peut être l'autel pour l'ecclésiastique, l'université, la salle des conférences ou la chaire pour un professeur, la bibliothèque, son poste de travail ou un laboratoire, pour un scientifique et pour un peintre, son atelier, pour la mère aimante, la chambre de son enfant, pour un acteur - le théâtre et le plateau. On se doit de protéger ces lieux saints de tout ce qui pourrait polluer nos joies spirituelles. Il ne faut pas les salir ni les souiller. Au contraire. Il faut y apporter tout ce qu'il y a de meilleur dans l'âme humaine.

C'est étonnant, mais au théâtre, chez des acteurs, on observe parfois le mouvement inverse. Ils apportent au théâtre tous leurs mauvais sentiments, ils salissent et souillent l'endroit qui devrait rester propre pour leur bonheur, et ensuite ils s'étonnent, que l'art et le théâtre n'ont plus d'effet sublime sur eux.

S'il en est ainsi, c'est à cause de l'absence de toute discipline artistique. Avant tout cette dernière doit entretenir chez un acteur le respect du lieu et l'estime à l'égard de son travail. On ne peut pas cracher sur l'autel et ensuite prier, sur son sol souillé.

Peut-être vaut-il mieux cracher avant de venir au temple, puis s'essuyer et arriver tout à fait propre, là où la beauté physique et spirituelle est indispensable.

Pour qu'il en soit ainsi, il faut d'abord développer chez un élève le respect du théâtre et l'estime de la scène à l'égal d'un autel. L'acteur doit sentir le seuil et la proximité de la scène. Dès l'enfance on est fasciné par l'autel et les Portes royales. On ne peut pas les franchir sans une certaine peur. Cette emprise, l'acteur devrait la ressentir lorsqu'il rentre sur scène.

Constantin Stanislavski
Notes Artistiques

 

▲ Haut ▲ Retour